Get Adobe Flash player

Rabah BouarifiL’assemblée générale élective de la Fédération algérienne de basket-ball (FABB), qui a lieu samedi matin, à partir de 9h, au siège du Comité olympique algérien (COA), à Ben Aknoun, est placée sous le signe de la continuité, avec un seul candidat à la présidence, Rabah Bouarifi, le président sortant.

Avec un seul candidat à la présidence de la FABB, Rabah Bouarifi, le président sortant appelé donc à succéder à lui-même, il s’agit en fait d’avaliser la gestion des affaires de la maison basket-ball mais durant une année seulement. L’on sait en effet que R.Bouarifi s’était vu confier cette mission il y a une année, après avoir assuré le relais avec l’ancien bureau fédéral collégial dirigé alors par Hamou Benchemam. Une phase durant laquelle le président sortant et son bureau sont passés par des hauts et des bas. C’est ainsi que, durant cette phase, on a enregistré le retour heureux de l’Algérie sur la scène continentale, après avoir été absente des trois dernières éditions de l’Afro-Basket. Et même si le Cinq national doit sa qualification à un concours de circonstances favorables, à savoir l’absence du tenant du titre africain, la Tunisie, au tournoi qualificatif de la zone 1, ici à Alger au mois de juillet dernier, mais aussi de la Libye, on peut tout de même se réjouir de la présence au mois d’août prochain de l’Algérie dans ce rendez-vous continental de la balle au panier, aux côté des ténors africains de la discipline. Cependant, il y a encore et toujours à regretter ces problèmes pendants qui rongent la discipline depuis plusieurs années et qui n’ont pas trouvé solution durant l’année 2012. La crise financière, l’arbitrage et les conflits internes à la Fédération sont les principaux paramètres qui expliquent le niveau actuel de notre basket, tant chez les garçons que chez les filles.

Le nouveau bureau qui composera le futur exécutif de la FABB aura donc la lourde mission de relever le niveau du basket algérien le plus tôt possible pour rattraper le temps perdu et rejoindre au moins les nations voisines tels que la Tunisie, ou encore le Maroc.

 

Réunir la grande famille de la balle au panier

Comment réussir le prochain mandat si on ne démarre pas sur de solides bases, en commençant tout d’abord par réunir toute la famille du basket-ball sans exception ?

De nombreux cadres ont été marginalisés. Des éléments qui peuvent pourtant apporter ce plus qui manquent à la discipline. Alors, pourquoi ne pas mettre l’intérêt de l’Algérie au-dessus des mesquineries personnelles ? La question, nous la posons à ceux qui s’ingénient à mettre les bâtons dans les roues à ceux qui viennent avec toute leur bonne volonté mais aussi leur naïveté pour servir la discipline. De notre modeste expérience dans le domaine du journalisme, nous avons pu constater que, malheureusement, les choses ne sont pas souvent belles à voir ni à entendre. Et à tête reposée, on se dit : pourquoi cette mentalité n’est-elle propre qu’à nous ? L’on sait en effet que sous d’autres cieux, les conflits personnels n’altèrent en rien le bon déroulement et l’avancée logique des choses, et ce dans n’importe quel domaine. Loin de nous l’idée de philosopher, mais c’est le constat amer que l’on ne peut s’empêcher de faire et le sentiment profond qui nous habite hélas quand on voit à quel point la situation et le niveau de notre sport se sont dégradés ces derniers temps.

 

Nécessité de s’adapter vite à la réforme

A l’instar des autres fédérations sportives de notre pays, celle du basket-ball doit aussi suivre la nouvelle démarche de l’Etat à travers son ministère de la Jeunesse et des Sports. Une nouvelle réforme a été mise en marche en effet, parce qu’elle s’était imposée, et elle doit être menée à son terme même s’il faut passer par des sacrifices. Donc, à tout un chacun, et dans le rôle qui lui a été assigné, de s’adapter rapidement pour accompagner cette démarche, en joignant le geste à la parole.

 

Un sport aimé des jeunes

Cette adaptation est d’autant plus nécessaire que cette réforme était attendue de tous, et que le basket-ball est l’un des sports spectaculaires que les Algériens suivent de très près, nos jeunes en particulier. Pour mieux s’en convaincre, il suffit de se rappeler tout de public présent aux deux éditions de la Coupe d’Afrique organisées ici à Alger, à la salle Harcha en 1995, et à la Coupole Mohamed-Boudiaf en 2005. Alors, pourquoi ne pas en profiter et faire en sorte d’offrir du spectacle au public en améliorant le niveau technique de nos Championnats nationaux ?

Unir les efforts de toutes les bonnes volontés et œuvrer en toute sincérité, dans le seul intérêt de la discipline, pour faire progresser le basket-ball algérien, tel est le vaste chantier qui attend le nouveau bureau qui sera élu aujourd’hui à la tête de la FABB. La formule serait-elle aussi compliquée à faire admettre à tous ceux qui se disent, à longueur de journée, au seul service de ce sport qui bat tous les records d’affluence et d’impact médiatique, sous d’autres cieux ? Nous devrions le savoir assez vite.

Radio Algérie

Commentaires :