Get Adobe Flash player

Djellouli Fateh, président du CSMBB Ouargla, tire la sonnette d’alarme Basketball AlgérieDjellouli Fateh, président du CSMBB Ouargla, seul club de basket-ball du sud du pays, évoluant en Super-Division, tire la sonnette d’alarme sur la situation de la discipline dans la région et interpelle les autorités locales, ainsi que le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS).

«Le CSMBB Ouargla est la seule équipe de basket-ball qui évolue en Super-Division et nous vivons une situation très difficile sur le plan des moyens matériels et financiers. J’ai sollicité à maintes reprises les autorités locales de Ouargla, notamment l’APC et la Direction de la jeunesse et des sports (DJS). Cela fait trois ans que nous vivons une telle situation. Je n’ai eu aucun écho, notamment du P/APC de Ouargla. Je fais appel ainsi à toutes les autorités locales de nous venir en aide», nous dira-t-il en mettant en avant les coûts des déplacements pour aller disputer les rencontres du Championnat. «Figurez-vous que la ville la plus proche est à 500 km, à savoir Batna. Et lorsqu’on se déplace, cela nous demande beaucoup de moyens financiers entre l’hébergement, le transport et la restauration (HTR). Faute de subventions et de sponsors, on n'a plus de moyens financiers pour assurer les longs déplacements. Nous vivons une situation très critique d'autant plus que les joueurs n'ont pas été indemnisés depuis des mois», nous dira M. Djellouli qui interpelle le wali de Ouargla pour lui venir en aide. «Je demande également aux investisseurs et aux entrepreneurs de la région de nous venir en aide. Nous ne demandons pas des milliards, mais juste de quoi assurer le transport, l'hébergement et la restauration des joueurs auxquels je rends un grand hommage pour leur patience», poursuit le président du CSMBBO qui se dit désarmé devant la crise qui secoue son équipe. «A Ouargla, nous avons de jeunes talents du basket-ball qui ne demandent qu'à avoir leur chance pour briller comme Touhami Ghezzoul qui a fait les beaux jours du GS Pétroliers par exemple, un enfant de Ouargla. Récemment aussi, le sélectionneur national avait convoqué un de nos jeunes en équipe nationale à savoir Abaz Abdelhakim. Nous avons également un jeune en U16, Karabi Mahrez de 2.02m, âgé de 15 ans. 
Le Sud constitue un grand réservoir pour le basket-ball algérien, mais sans l’aide des autorités, ils n’auront aucun avenir», enchaîne Djellouli qui explique que faute de moyens, son équipe ne peut pas se permettre de recruter et se contente des jeunes du cru.

 

Le Soir d'Algérie

Commentaires :